Un meurtre presque parfait

La semaine dernière, je me suis levée pleine d’espérance et de gratitude la tête dans le cul. J’ai maudit mon réveil, la vie, mon job, les rêves chelous que j’avais faits, ma machine à café what else qui déconnait, et globalement l’univers pour m’infliger encore une fois cette torture qu’on nomme le lundi matin.