Bonne année 2017

Bonne année 2017

Bonne année tout le monde!

J’espère que cette première semaine de 2017 s’est bien passée, que personne ne s’est étouffé avec une fève. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai du mal avec les premiers jours de l’année où on doit obligatoirement commencer ses phrases par “Tout d’abord, bonne année…” et ses mails par “Laissez-moi avant tout vous souhaiter une excellente année” avant d’entrer dans le vif du sujet.

Mais le pire, ce sont les phrases convenues auxquelles j’ai le droit en retour.

“Et sinon qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour cette année?”

Des putes et du champagne. La paix dans le monde, quoi d’autre?

“Non mais ce qui compte de toutes façons c’est la santé, hein.”

Cette dernière étant généralement suivie de  “Toi, de toutes façons, tu es jeune, tu es en bonne santé profite.”

A chaque fois, j’ai cette envie irrépressible de répondre que j’ai un cancer au stade terminal.
Car oui, les gens que tu croises une fois tous les six mois prétendent en un coup d’oeil mieux connaître ton dossier médical que toi.
Tu leur as dit “Bonjour” poliment et en souriant = tu n’as pas de problèmes. Contrairement à eux qui s’apprêtent d’ailleurs, c’est fou, à t’en parler. C’est de ta faute, tu n’avais qu’à pas demander. Ah, tu n’avais pas demandé? Tu n’avais qu’à changer de trottoir plus vite, trop tard.

Et best of the best “C’est quoi tes bonnes résolutions pour cette année?”

Les résolutions, pour moi, c’est bon pour l’ONU. Mais quand on y réfléchit, c’est un truc qui fait joli sur le moment et qui ne sert pas à grand chose. Donc si l’ONU le fait, pourquoi pas nous? Résolution de conflits/abonnement à la salle de gym, même combat (oui 2017 sera l’année de la pudeur et de la modération).

Avant, quand j’étais jeune (et en bonne santé), je partais effectivement sur de grandes ambitions genre “faire plus de sport, me coucher plus tôt” un peu comme les résolutions de rentrée dont je vous avais déjà parlé.

Un peu comme si le fait d’avoir veillé tard un soir une coupe de champagne à la main faisait de moi une femme nouvelle, et que tout ce que je n’avais pas entrepris jusqu’alors allait devenir mon objectif ultime.

Depuis, j’ai grandi, je suis raisonnable, je vise moins haut. Par exemple il y a deux ans, j’ai pris la bonne résolution de ne pas répondre “Dans ton cul” à toutes les questions qui commençaient par “Où?”.
Inutile de vous dire que ce fut un échec cuisant.
L’an suivant, j’ai visé encore plus modeste. Je me suis promis d’atteindre le niveau 500 de Candy Crush Saga. On a l’ambition qu’on mérite. N’empêche que c’était à ma portée, et que ma bonne résolution a été tenue dès le premier trimestre, donc ensuite j’étais tranquille pour l’année.

Alors cette année, je vais essayer d’être un peu plus régulière sur ce blog, de ne dire du mal que des gens qui le méritent (aka tout le monde) (sauf vous bien sûr) (sauf si vous aimez porter des pulls col camionneur, mais là, vous cherchez aussi), écrire le prochain Goncourt (oui, on reste dans les ambitions modestes), gagner à Euromillions (gagner vraiment, hein, pas comme la fois où j’ai gagné 13, 70 euros et j’étais prête à envoyer ma démission et insulter tout le monde avant de voir le montant du gain), bref, toute une série de résolutions que je tiendrai ou pas. Mais en vrai on s’en fout, non?

Et toi, tu vas faire quoi en 2017? Conquérir le monde, ou finir ton puzzle 5000 pièces (ce qui est un peu pareil, bien évidemment). Quoi que tu entreprennes, je te souhaite plein succès. Et surtout la santé, hein!

Ecrire un commentaire