Happy 2018 et les 5 relous du nouvel an

Happy 2018 et les 5 relous du nouvel an

 

Voilà, c’est fait, on a passé le fameux cap de la soirée-où-on-râle-qu’on-est-obligés-de-faire-la-fête-mais-où-on-déprime-si-on-ne-fait-rien. On a eu droit aux images de feux d’artifices de Sydney à Dubaï, aux voitures brûlées, aux SMS de voeux venant de numéros inconnus au bataillon, de lendemain de fête déprime sous la pluie, bref, le rituel de passage à 365 nouveaux épisodes de Plus belle la vie jours a été effectué correctement.

Et on a même survécu aux 5 types de relou auxquels on n’échappe pas à cette période de l’année.

1- Le relou qui dit “A l’année prochaine!”

Alors lui, clairement, on ne va pas lui consacrer trop de temps. Il ne mérite que notre mépris. “Bon ben Michel, on est vendredi soir, je vais rentrer chez moi et … à l’année prochaine!”. En général le gars s’esclaffe, et toi, tu souris poliment.

2- Le relou qui dit “Et surtout la santé!”

Là encore, grand classique. On est d’accord qu’on est légèrement plus heureux lorsqu’on pète le feu que lorsqu’on est à l’agonie. Mais bon, quand on fait des voeux, on part sur de la fantaisie, voire du fantasme, pas sur des trucs terre à terre. “Alors en 2018, je souhaiterais échapper à l’épidémie de gastro et éviter les ongles incarnés. Et le cancer aussi, au passage.” Ouais, la base quoi, pas de très grosse vente de rêve, genre gagner au loto, voyager, tomber éperdument amoureux. Non, juste avoir les sinus dégagés et éviter les infections urinaires. Des plaisirs simples, quoi.

3- Le relou qui aime les rimes

“2016 année de la baise, 2017 année de la quéquette, 2018 année de la bite” avec des variantes type “2018 année de la cuite”. Cet Arthur Rimbaud des temps modernes est persuadé d’être le premier à avoir trouvé ces “bons” mots. Et les répète à l’envi. Et plus son taux d’alcoolémie progresse, plus sa créativité régresse.

4- Le relou qui te parle bonnes résolutions

Tu es en train de t’enfiler un petit chou à la crème tranquille et le gars débarque et balance sous des airs complices: “Ben alors Jacqueline, on a déjà oublié ses bonnes résolutions?”. Hein? Que? Quoi? Mais quelles bonnes résolutions??? Pourquoi voudrait-on vivre dans un monde où ne pas se bâfrer un max serait quelque chose de POSITIF??? Et puis d’abord de quoi je me mêle, j’introduis ce que je veux dans ma bouche.

5- Le relou qui demande “Qu’est-ce qu’on te souhaite pour cette année?”

Alors, on est d’accord, ça part d’une bonne intention, mais franchement, qu’est-ce qu’on est censé répondre à ce type de question? Neuf fois sur dix, la personne qui pose la question est un collègue ou un pote un peu lointain, auquel on n’a pas envie de confier ses voeux les plus chers (“Je souhaite que ma greffe de troisième téton soit une réussite”). Du coup on dit des trucs bateaux (“Surtout la santé” -> on y revient), alors qu’on aimerait vraiment répondre “De l’alcool à volonté et un orgasme quotidien, what else?”. Mais on ne peut pas. Le mieux reste quand même de répondre “Et toi? Qu’est-ce qu’on te souhaite?” pour que le malaise change de camp.

Bref, des relous on va encore en croiser plein tout au long de l’année, donc ce n’est pas plus mal de s’entraîner!

Je vous souhaite plein de belles choses pour l’année qui débute. Amour, gloire et beauté, … et surtout la santé!

 

Comments (3)

  • Un beau titre s’est glissé dans ce billet…

    Répondre
  • Ahah ! C’est tellement ça ! Un beau panel de gens relous !

    Répondre

Ecrire un commentaire