La Solitudine

La Solitudine

Solitude Episode 1

La semaine dernière je me suis retrouvée chez l’ORL.

En attendant le médecin, sa secrétaire remplit mon dossier.

“-Nom?
– Improvise
– Prénom?
– Louise
– Madame ou Mademoiselle?
– Euh… ben je croyais que Mademoiselle n’existait plus…
– Madame ou Mademoiselle?
– Vous voulez savoir si je suis mariée? C’est important pour mon dossier ORL?
– Non, bien sûr… disons que nous devons savoir si vous vivez seule ou pas.
– (je ne vois toujours pas l’intérêt d’une telle info dans la mesure où je consulte pour une rhinite chronique, que le médecin va me prescrire un pschitt pour le nez et pas une opération sous anesthésie générale, mais bon) Ah OK. Je vis seule. Mais vous savez, on peut vivre avec quelqu’un sans être marié.
– Je ne comprends pas. Madame ou Mademoiselle?
– Comme vous voulez.
– C’est vrai… à votre âge…”

A MON ÂGE QUOI? A MON ÂGE QUOI PUTAIN DE BORDEL??????

A mon âge on est forcément mariée?
A mon âge on n’assume pas d’être célibataire et de dire “Mademoiselle”?
A mon âge je suis foutue de toutes façons?

A mon âge on fait ce qu’on veut avec qui on veut.
Ou ce qu’on peut avec qui on peut.

Mais putain c’est quoi ce flot de remarques sur mon âge qui me tombe dessus depuis que j’ai atteint 35 ans? C’est même pas un chiffre rond, bordel.

Oui je vis seule et je réussirai parfaitement à me déboucher les sinus toute seule. Et même que la semaine dernière j’ai réparé un store métallique toute seule. UN PUTAIN DE STORE. Alors appelez-moi MADAME.

Solitude Episode 2

Semaine suivante, rendez-vous pré-opératoire chez l’anesthésiste (rien à voir avec l’ORL, qui m’a bien prescrit un pschitt pour le nez. C’est pour une intervention bénigne).

“-Voilà, tout est en ordre Madame Improvise, vous serez opérée en ambulatoire et sortirez en début d’après-midi. Quelqu’un vient vous chercher?
– Euh… je vais me débrouiller.
– Vous ne vivez pas seule au moins? (le “au moins” m’a tuée)
– Si pourquoi? Enfin j’ai un chat, mais il est peu impliqué dans la vie de notre foy…
– Non, vous n’avez pas de conjoint.
– Non, non toujours pas. MERCI A LA SOCIETE DE ME LE RAPPELER.
– Bon et bien il faut trouver quelqu’un qui dort à vos côtés au cas où vous feriez un malaise.
– Mais si ce quelqu’un dort à mes côtés, comment saura-t-il que je fais un malaise?
– Si vous ne trouvez personne, vous devrez rester 24 heures à l’hôpital et la chambre vous sera facturée.
– OK, OK je vais trouver quelqu’un.”

Du coup je crois que je vais m’inscrire sur Tinder avec comme description “Cherche partenaire pour la nuit du 2 au 3 novembre pour surveillance post-opératoire et plus si affinités”

Solitude Episode 3

L’autre jour j’ai fait ce que je fais le mieux, j’ai fait du shopping à Sephora.

Lors du passage en caisse, la vendeuse me dit:
“Je vous mets des échantillons, mais je suis désolée il ne nous reste pas grand chose, si vous voulez découvrir un produit je vous laisse voir avec nos conseillères en rayon.
– OK, merci.”
Et je la vois mettre dans mon sac des échantillons de soins et parfums pour homme.
– Mais du coup, lui dis-je, pas la peine de me mettre ces échantillons-là, je n’en aurai pas l’usage.
– Mais pourquoi? Ce sont de très bons produits vous savez?”
OK donc tu VEUX que je te dise que je n’ai pas de mec, OK bitch, let’s go.
“Ce sont des échantillons pour homme, je n’en ai pas besoin.
– Mais vous pourrez les donner à votre chéri il sera content!”
Wokay, tu veux jouer. Admettons que j’aie un chéri et qu’il n’aime PAS les produits de beauté, sera-t-il content? Il semblerait que cette fille connaisse mieux que moi le personnage imaginaire qui me sert de mec.
“Oui mais voilà, je N’AI PAS DE CHERI.”
Voilà, tu es contente, je l’ai dit.
Je n’ai pas dit le mot en C qu’il ne faut pas prononcer à moins de passer pour une paria mais tu as compris, maintenant, alors tu enlèves ces échantillons de mon sac, capito?
Elle d’un air gêné:
“Ah… d’accord…”.
Je sens qu’elle a dû mal à réaliser ce qu’il se passe, genre je viens de lui annoncer que je suis une touriste martienne de passage sur Terre et que les échantillons sont prohibés dans le vaisseau spatial que je m’apprête à rejoindre.
Mais je l’ai sous-estimée, elle reprend sa contenance et me dit avec un grand sourire en me tendant le sac:
“Je suis sûre que ça va s’arranger.”

S’ARRANGER. Genre j’ai un problème.

Je suis allée voir dans le dictionnaire ce que voulait dire s’arranger:

1- Ajuster sa  toilette —> bon, ce n’est pas ça
2- Prendre ses dispositions en vue d’un résultat —> on se rapproche
3- Aller mieux. Être remis en état. Synonyme: réparer —> ON Y EST

Ma vie est toute cassée mais Inch Allah, elle va s’arranger.

Comme je sais que la vendeuse de chez Sephora a dit ça pour être gentille et que moi-même je suis gentille, j’ai pris le sac en souriant et en disant “Merci”. J’ai dit merci pour l’encaissement, mais je suis sûre qu’elle a cru que c’était pour son petit mot gentil.
“Hey Charlène, je viens de remonter le moral à une cliente, je crois vraiment que ça lui a fait du bien.”

Du coup, j’ai décidé de faire fi des stéréotypes de genre dont le marketing a le secret, et je me suis mis sur le visage de la crème pour personnes dotées de testicules, je me suis parfumée avec une senteur réservée aux chromosomes Y, et rien de grave ne s’est passé.

Elle a raison, la vendeuse de chez Sephora… un jour tout s’arrangera…

Comments (3)

  • pfffffiooouuuuu */<#%~{|`\^

    Répondre
  • Putain, mais tellement. Tellement tout. Je l’ai eue aussi, la petite vendeuse de chez Sephora… Je ne suis donc pas seule, ça me rassure.

    Répondre
  • […] 8- Les gens qui disent “Les gens comme toi”. “Non mais tu verras le pilates ça fait un bien fou, surtout pour les gens comme toi.” (= les gros) “Je suis allée dans un restogénial, bon alors c’est sûr que là-bas c’est une clientèle un peu différente de ce que tu connais, il n’y a pas vraiment de gens comme toi” (= les ploucs). Etrangement “les gens comme toi” ne veut jamais dire les êtres intelligemment supérieurs, les esprits brillants, ou les grosses bombasses. Je ne parle même pas des cas où les gens comme toi = les célibataires. Mais ça j’en ai déjà parlé ici. […]

    Répondre

Ecrire un commentaire